Placement
Décryptage

L’or : valeur refuge par excellence

par La rédaction - le 28/06/2016

Or physique, or papier : deux marchés qui constituent un bon moyen de diversifier et sécuriser son portefeuille d’investissements

A l’annonce du Brexit qui a fait plonger les bourses européennes mais aussi les bourses chinoises et japonaises, ouvrant la séance le 23 juin à 1315, 2 dollars l’once, le cours de l’or s’est envolé. L’or constitue une valeur refuge, qui ne réagit pas de la même façon que les autres actifs (immobilier, actions) et constitue donc un produit prisé par les investisseurs dans les moments d’incertitude. La crise de ces dernières années lui a donc profité. En 10 ans, la côte du kilo or a augmenté de plus 15 000 euros (selon Le comptoir national de l’or). Les professionnels préconisent en général une allocation de 5 à 10 % du capital à l’or ou à des valeurs liées à l’or afin de sécuriser et diversifier le portefeuille.

Penser à l’or papier

Ni coffre, ni frais de garde, des possibilités de revente rapide si on souhaite spéculer sur les évolutions de son cours, l’or papier présente également des avantages. De nombreux investisseurs optent en conséquence pour les ETF (Exchange Traded Funds), ces produits financiers indexés sur l’or qui permettent de se positionner sur cette valeur, sans avoir recours à l’or physique. La demande en EFT a d’ailleurs impacté la hausse récente du cours de l’or. Mais l’or papier représente davantage un investissement court terme : il n’offre pas la même sécurité que l’or physique qui fonctionne comme une assurance en cas de crise financière importante et qui peut aussi constituer une produit d’un investissement long terme pour financer sa retraite par exemple.

Investir dans l’or physique

Comment arbitrer entre lingots et pièces de monnaie ? Les avis divergent tant ces produits présentent des avantages et inconvénients différents. Les pièces d’or, qu’il s’agisse de napoléons, de souverains britanniques, ou encore de pesos espagnols, sont souvent plus chères à l’achat en raison de l’effet prime, c’est-à-dire la différence entre le prix du métal précieux constituant la pièce et le prix négocié de celle-ci. Cette prime augmente en fonction de l’offre et de la demande. Il faut également particulièrement faire attention aux conditions de conservation : rayures ou traces d’usure font baisser la valeur des pièces. Nécessitant un investissement important, lourd (1 kilogramme), à moins d’opter pour un mini lingot (20 à 500 grammes), difficilement divisible, le lingot est en revanche plus liquide et plus facile à stocker ou à déplacer que des pièces de monnaie.

Une fiscalité spécifique

En cas de revente, l’investisseur peut soit acquitter un forfait de 10,5 % de taxation sur le produit de la vente (dont 0,5 % de CRDS), ou s’il peut justifier du prix et de la date d’acquisition du bien s’acquitter d’un impôt sur la plus-value réalisée au taux de 34,5 % (prélèvements sociaux inclus) avec un abattement de 5% par an au delà de la deuxième année de détention, soit une exonération totale si le bien est détenu depuis 22 ans au moins. En cas de moins-value, aucun impôt n’est alors à acquitter.

La rédaction

Voir tous ses articles

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de Caducia et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fin de personnalisation des contenus, mesure d'audience, statistiques, partage sur les réseaux sociaux, profilage et publicité ciblée. En savoir plus

Ok, J'accepte